Ce que les vaches m'ont appris sur la sécurité de l'eau

À quelle fréquence considérez-vous les besoins en eau des vaches que vous croisez lorsque vous traversez le pays ? Dans cet article de blog, notre étudiante d'été Erin revient sur un été passé avec un laboratoire de recherche qui traite de ce problème !

Au pâturage 

Cet été, j'ai eu l'incroyable opportunité de travailler avec Laboratoire du Dr Kerri Finlay à l'Université de Regina en collaboration avec les Water Rangers. Le laboratoire échantillonne des étangs-réservoirs et des zones humides pour collecter des données pour les projets de recherche des étudiants en doctorat et en master. Ce rôle m'a permis d'acquérir une expérience précieuse en tant qu'étudiante de premier cycle en biologie ! En plus du travail pratique sur le terrain et de la coordination de projets, cela a profondément élargi ma compréhension de l'importance de la sécurité de l'eau.

Vous voulez en savoir plus sur la Saskatchewan?

Découvrez les autres articles de blog d'Erin, y compris celui-ci : 3 raisons pour lesquelles la Saskatchewan est fascinante!

Si vous n'êtes pas des provinces des Prairies, vous ne savez peut-être pas ce qu'est une pirogue. Et non, je ne parle pas de celui que vous pourriez trouver sur un terrain de baseball ! Les mares-réservoirs sont des réservoirs artificiels principalement utilisés pour abreuver le bétail et d'autres animaux d'élevage. C'est là qu'intervient le laboratoire Finlay : il évalue comment les étangs-réservoirs agissent à la fois comme « puits » et « sources » de gaz à effet de serre (par exemple, dioxyde de carbone, méthane et protoxyde d'azote). Ils surveillent également la qualité de l'eau et proposent des méthodes pour améliorer la santé du bétail en atténuant les niveaux de sulfate.

Deux femmes testent l'eau en flottant dans un canoë sur une pirogue
Moi-même et ma collègue Jess Lerminiaux prélevons de l'eau et des gaz à effet de serre sur une pirogue près de Claybank, SK. Photo de Ryan Rimas.

Prairies d'hier et d'aujourd'hui

J'ai grandi en Saskatchewan et j'ai passé beaucoup de temps sur les fermes de mes grands-parents. La signification des pirogues et du bétail était bien définie dans mon esprit depuis longtemps. Pourtant, en tant que citadin, je me sens à l'abri des réalités auxquelles sont confrontés les producteurs en matière de sécurité de l'eau. Le sud de la Saskatchewan est en grande partie composé de champs cultivés et de vestiges de prairies indigènes - c'est aussi un sujet à la sécheresse place. Mon souvenir du sud de la Saskatchewan est caractérisé par beaucoup plus de pluie au printemps et en été et certainement plus de neige en hiver, ce qui entraîne des trajets routiers estivaux avec des autoroutes et des fossés parsemés de zones humides. Maintenant, cependant, une promenade à travers le pays révèle des terres qui sont sensiblement plus brunes. Autrefois, les zones humides tentaculaires ont été réduites à une flaque d'eau ou simplement à de la terre en croûte. En tant que colon canadien, je ne peux qu'imaginer à quoi ressemble l'expérience de ces changements pour les communautés autochtones dont la mémoire culturelle même est liée à la terre et à l'eau.

Zone humide asséchée
Un des sites marécageux du laboratoire qui ne contenait pas d'eau cette année. Photo par Erin Ennis.

Une eau potable sûre pour vaches

Les vagues de chaleur intenses à travers la Saskatchewan, le Canada et même le monde ont présenté des conséquences de vie ou de mort pour les humains, faune et les terres parsemées de sûr, heureux et sain. Les animaux dont nous dépendons pour nous nourrir, comme le bétail, ne sont pas épargnés par les effets que peuvent entraîner des vagues de chaleur prolongées. Avec la tendance à la sécheresse en Saskatchewan et le fait que le sol ici peut être plutôt salin, la qualité de l'eau dans les étangs-réservoirs est un préoccupation majeure

Erin est assise sur un canot dans une pirogue avec des vaches qui boivent en arrière-plan.
En plus de limiter la propagation du COVID-19, les masques offrent des avantages supplémentaires sur les pirogues à bétail : réduction de l'exposition au soleil et masquage du "parfum" ! Photo par Erin Ennis

Mais la sécheresse n'est pas le seul défi auquel est confronté le bétail en Saskatchewan. Les sols naturellement salés peuvent rendre l'eau toxique pour le bétail, en particulier plus tard dans l'été lorsque l'évaporation augmente la concentration de sels. De même, le ruissellement des engrais augmente les niveaux de nutriments dans l'eau. Cela permet aux algues bleu-vert toxiques (cyanobactéries) de se développer, ce qui constitue une menace sérieuse pour le bétail et les autres animaux sauvages. Avec cette recherche, le laboratoire Finlay vise à évaluer les options de gestion pour améliorer la qualité de l'eau - comme le nettoyage de la mare-réservoir par dragage et la gestion des nutriments excédentaires provenant du ruissellement des engrais en plantant des arbres et d'autres végétaux autour de la mare-réservoir. 

Des vaches et des hommes

Pour moi, passer du temps dans des pirogues entouré de vaches curieuses éclaire vraiment les besoins du bétail en termes d'eau potable. Leurs besoins sont si intrinsèquement liés aux nôtres ! Avec les sécheresses cycliques en Saskatchewan aggravées par les changements climatiques en cours, l'importance de la recherche menée par le laboratoire du Dr Finlay parallèlement à la surveillance communautaire est primordiale.

Des vaches dans une pirogue regardent vers un canot de recherche rempli d'équipement de test.
Les vaches sont des animaux incroyablement curieux et s'intéressent généralement à ce que nous faisons dans leur abreuvoir ! Photo de Julee Stewart.

Le travail d'équipe est à l'origine d'un travail de rêves!

Ce sont de grandes journées sur le terrain : chargement et déchargement de l'équipement, exposition à la chaleur et au soleil, réalisation des échantillonnages et des tests nécessaires pour obtenir de bonnes données, tout en flottant dans le canot ! Il présente des défis qui nécessitent une résilience mentale et physique. Mais avec seulement un mois restant dans la saison, je ne pourrais pas être plus reconnaissant envers le Dr Finlay et tous les membres du laboratoire avec qui j'ai travaillé cet été qui ont rendu chaque longue journée complètement agréable et pleine d'apprentissage !

Moi-même et ma collègue de laboratoire Julee Stewart échantillonnons sur un site très boueux près de Mortlach, SK. Photo de Ryan Rimas.

Joignez-nous sur les médias sociaux

Voulez-vous être un scientifique citoyen Water Ranger en Saskatchewan? En savoir plus sur le projet ici.

Découvrez les réseaux sociaux du laboratoire Finlay

Instagram : @finlaylab

TIC Tac: @finlaylab

Twitter @finlayscience

Facebook: www.facebook.com/finlaylab 

À propos des recherches du Dr Kerri Finlay

Pour plus d'informations sur la recherche concernant les mares-réservoirs, les zones humides, les gaz à effet de serre et les programmes communautaires de surveillance de l'eau en Saskatchewan, consultez le site Web du Dr Finlay!

Site Web de recherche du Dr Finlay