Nouveau milieu humide près de la rivière des Outaouais

Vendredi dernier, j'ai eu le plaisir de travailler avec 35 autres bénévoles dans un projet de régénération près de la rivière des Outaouais organisé par le Office de protection de la nature de la vallée Rideau (RVCA) en association avec la Commission de la capitale nationale, qui avait fait don du terrain. Ils avaient creusé de l'herbe près d'une source d'eau naturelle (des quenouilles y poussaient, donc ils savaient que l'eau s'y trouvait avant même l'excavation), et ils ont donc déterminé que ce serait un endroit idéal pour construire une zone humide. En savoir plus sur le projet ici.

Pour commencer

A gauche : L'emplacement du site, A droite : Avant les fouilles, il n'y avait rien de spécial. Maintenant, ce sera une nouvelle maison pour beaucoup d'animaux sauvages !
À gauche : l'emplacement du site ; À droite : avant les fouilles, il n'y avait rien de spécial. Maintenant, ce sera une nouvelle maison pour beaucoup d'animaux sauvages !

Cette zone, près des rapides Remic le long de la piste cyclable, avait déjà été creusée pour préparer cette séance de plantation. Ils avaient laissé les quenouilles en place et ajouté une zone sablonneuse pour que les tortues pondent leurs œufs. Leur excavatrice avait également construit un clapier à serpents dans un endroit qu'ils pensaient ne pas être inondé au printemps. Ces zones doivent être orientées au sud, afin de les garder aussi chaudes que possible. Le site d'avant avait l'air rugueux mais prêt à être planté !

Avant le creusement. Ils avaient enlevé l'herbe, apporté des bûches et déposé une zone sablonneuse pour que les tortues pondent leurs œufs.
Avant le creusement. Ils avaient enlevé l'herbe, apporté des bûches et déposé une zone sablonneuse pour que les tortues pondent leurs œufs.

Le plan

Les bénévoles ont commencé par placer tous les arbres et arbustes indigènes selon les zones prévues. Chaque zone avait des espèces spécifiques qui feraient mieux dans les zones plus humides et créeraient un espace où la faune pourrait prospérer. Des arbres comme le saule et l'érable rouge étaient plus haut sur les rives, et quelques autres espèces indigènes de buissons étaient dispersées. Ils avaient également inclus de nombreux arbustes à fruits tels que la canneberge en corymbe et bien d'autres pour fournir plus de nourriture aux animaux et aux oiseaux locaux.

Des bénévoles mettent des arbres et des arbustes prêts à être plantés.
Des bénévoles mettent des arbres et des arbustes prêts à être plantés.

La grande fouille !

Nous avons tous été placés dans des zones, nous avons reçu des pelles, des seaux de copeaux de bois et nous nous sommes mis au travail. Le terrain était difficile mais il faisait chaud et ensoleillé et tout le monde semblait de bonne humeur. J'ai été placé en zone 3, plus haut sur les berges. Mon équipe a eu de la chance - nous avions principalement de l'argile, mais d'autres équipes ont eu du mal contre le sol plus rocheux plus près de la rivière.

Le sol était assez dur par endroits. Nous avions beaucoup d'argile dans notre zone, tandis que d'autres luttaient contre le soubassement naturel de la rivière des Outaouais.
Le sol était assez dur par endroits. Nous avions beaucoup d'argile dans notre zone, tandis que d'autres luttaient contre le soubassement naturel de la rivière des Outaouais.

Travail d'amour

Le projet a été organisé par Jen Lamoureaux de la RVCA. Elle était une vraie star pour rester organisée, même avec des bénévoles enthousiastes qui la harcelaient en lui demandant "Où va CET arbre ?".

Jen s'attend à ce qu'environ 30 % des arbres ne survivent pas à l'hiver, c'est pourquoi nous plantons plus d'arbres que nécessaire. Elle espère également que les castors de la rivière viendront et aideront à en abattre quelques-uns au fil des années.

Ce projet a nécessité une planification approfondie. Qu'il s'agisse d'obtenir la permission de la Commission de la capitale nationale ou de s'assurer que les arbres soient plantés aux bons endroits, Jen a passé l'année dernière à s'assurer que ce projet soit un succès. En tant que groupe, nous avons planté 385 arbustes et arbres, dont : nannyberry, canneberge en corymbe, sureau noir, sweetgale, buttonbush commun, aulne rugueux, érable rouge, érable argenté, cornouiller et une variété d'espèces de saules.

Jen, de la RVCA, était notre estimé leader
Jen, de la RVCA, était notre estimé leader

Mon équipe

J'ai rencontré des gens formidables, passionnés par la conservation et enthousiasmés par la nouvelle diversité que nous soutenions.

Notre zone s'est retrouvée avec le moins de membres, mais nous étions une équipe incroyable ! Voici Kassia creusant dans de l'argile.
Notre zone s'est retrouvée avec le moins de membres, mais nous étions une équipe incroyable ! Voici Kassia creusant dans de l'argile.

Heureux d'aider!

J'ai adoré planter des arbres et j'ai hâte de revenir au printemps pour voir comment ça se passe! Merci à toute l'équipe de RVCA, y compris les membres de City Stream Watch, Chelsey et Justin, qui sont tous si gentils et accueillants !

Les arbres allaient du tremble, de l'érable à des buissons tels que Ninebark, la canneberge et bien plus encore.
Les arbres allaient du tremble, de l'érable à des buissons tels que Ninebark, Highbush Cranberry et bien plus encore.